"Premier contaminant chimique traité par la Plateforme SCA"

Le « GT Cadmium » est le premier groupe de travail de la Plateforme SCA dans le domaine des contaminants chimiques. Constitué pour une durée d’un an à compter de juin 2020, il devra établir un état des lieux de la surveillance du cadmium en France et mener une réflexion sur d’éventuels axes d’amélioration de cette surveillance. 

Danger et sources

Le CadmiumLe cadmium est un élément trace métallique pouvant être retrouvé à des concentrations très faibles dans de nombreux aliments. Susceptible d’entraîner des néphropathies et des déminéralisations osseuses, il a également été classé cancérogène pour l’exposition par la voie respiratoire. Concernant la voie orale,  la cancérogénicité n’a pas été clairement mise en évidence. 

Chez les individus fumeurs, le tabac est la principale source d’exposition au cadmium tandis que pour les non-fumeurs, l’exposition est à 90% d’origine alimentaire.

Un contaminant ubiquitaire dans l’alimentation 

Le cadmiumLe cadmium est naturellement présent dans la croûte terrestre. Les activités humaines, à travers les émissions industrielles et la pollution urbaine, contribuent cependant à le disperser dans les eaux, dans l’air et dans les couches superficielles des sols. Il peut ainsi s’accumuler dans les végétaux et les animaux. 

Certains aliments, comme les algues, les champignons ou encore les abats, concentrent particulièrement le cadmium. Cependant leur contribution à l’exposition totale des individus est faible car ils sont globalement peu consommés. D’autres aliments, comme les céréales ou les pommes de terre, concentrent moins cet élément mais contribuent néanmoins nettement à l’exposition du fait d’une forte consommation. Dans la seconde Etude sur l’Alimentation Totale (EAT2) publiée par l’Anses en 2011, le cadmium était détecté dans près de 80% des échantillons testés. Ainsi, la réduction significative de l’exposition de la population au cadmium ne peut être obtenue que par une action conjuguée sur plusieurs groupes d’aliments. Cette même étude a estimé que 0,6 % de la population adulte, et près de 15% des enfants de plus de 3 ans sont exposés via leur alimentation à des doses de cadmium dépassant les doses tolérables au regard des risques sanitaires. Chez les enfants, les risques liés à ces dépassements sont considérés comme faibles car les effets indésirables surviennent après une très longue exposition. 

Le cadmium dans l’alimentation constitue donc un enjeu de santé publique. Le rôle de la Plateforme SCA est de permettre aux organismes concernés par la surveillance du cadmium de mener une réflexion commune sur cette problématique à tous les maillons de la chaîne alimentaire et dans les différentes filières. Co-piloté par INRAE et l’ACTA, ce groupe de travail associe des opérateurs publics et privés. Il aura pour mission de réaliser un état des lieux de la surveillance du cadmium en France et de proposer des recommandations visant à optimiser les dispositifs de surveillance existant. 
En tant que premier groupe de travail de la Plateforme SCA dédié à un contaminant chimique, ce GT Cadmium mènera également une réflexion en matière de méthodologie afin d’établir les fondations pour les GTs qui lui succéderont.