Un danger microbiologique à surveiller 

Les Escherichia coli productrices de shiga-toxines, ou STEC, sont excrétées dans les déjections des animaux et peuvent accidentellement souillées les denrées alimentaires qui en sont issues. Asymptomatiques chez les animaux porteurs, elles peuvent être responsables de troubles digestifs et, dans les formes les plus graves, de syndrome hémolytique et urémique (SHU) chez l’enfant.

E. coli Les aliments crus ou insuffisamment cuits (viandes hachées de bœuf, lait cru et fromages au lait cru, légumes crus) sont les sources alimentaires les plus citées en France.

Les souches de STEC considérées comme hautement pathogènes aujourd’hui en France (avis Anses) appartiennent aux 5 sérotypes suivants : O157 :H7, O26 :H11, O145 :H28, O103 :H2 ou O111 :H8
et possèdent concomitamment les gènes de virulence stx et eae.

 

 

Surveillance de STEC en filière de fabrication de fromages au lait cru

Le groupe de travail mis en place fin 2019Les produits laitiers rassemble autorités, professionnels, instituts techniques, laboratoires et agences sanitaires. Il a démarré ses travaux par un état des lieux des connaissances actuelles : connaissances du danger, détection dans les matrices par des méthodes classiques ou non, inventaire des dispositifs de surveillance en place tout au long des filières bovine, ovine et caprine, industrielles ou fermières, ainsi qu’en santé humaine.

A partir de ces constats, une optimisation de la surveillance de ce danger sera proposée.

Le livrable devra pouvoir être partagé avec l’ensemble des acteurs : éleveurs, vétérinaires, techniciens d’élevage, opérateurs, et professionnels de santé.